vieboncoté1

Profiter agréablement de l’instant présent, c’est si facile pour qui sait prendre naturellement la vie du bon côté.

Regarder le côté positif des évènements, à quoi cela tient-il ? Cette réponse à l’heure de l’épidémie mondiale est essentielle.

Pour l’essentiel, c’est un état d’esprit qui tient en quelques mots : une vision claire et sereine de situations, l’habitude de regarder la moitié pleine du verre plutôt que la moitié vide, la faculté à prendre du recul et à se tenir à bonnes distances des événements.

Trop souvent prompts à prendre les choses à cœur, nous prenons aussitôt la mouche ou nous montons sur nos grands chevaux..Nous nous emportons. Nous pouvons aussi nous sentir incompris et ressasser pendant des heures.

Prendre alors un grand bol d’air intérieur est loin d’être évident ! il faut plus qu’une échappée belle au grand air pour s’aérer l’esprit. Pour prendre la vie du bon côté, il s’agit de trouver une façon d’être présent à ce que l’on vit dans l’instant sans « prise de tête ». Car se casser la tête ou se triturer l’esprit facilite rarement cette prise de recul salutaire dans le vif de l’action, au cœur des « émotions.

Dans l’instant présent vous avez la faculté de choisir quelle pensée va siéger dans votre esprit. Alors, on s’allège l’esprit et on repousse les pensées envahissantes.

Il existe d’autres habitudes mentales pour voir le bon côté des choses, dans ce qu’on entreprend dans la vie.

Vous allez me dire en ce moment c’est compliqué.

Avancer dans l’existence le nez dans le guidon, sans tomber à terre et sans se retrouver plaqué au sol, relève du vrai défi. Et si n s’efforçait plutôt de relever le nez pour prendre un peu d’altitude sur les évènements ? Cela s’appelle prendre du recul. Il arrive souvent que sous le choc des émotions, le moindre conflit et la plus petite difficulté prennent la proportion d’une montagne.

Avant de vous atteler à la gravir, prenez de la hauteur, autrement dit détachez-vous des faits.

vieboncote2

Comment faire pour parvenir à ce niveau de conscience ?

Première stratégie :

Recadrer la situation dans son contexte : que s’est -il passé ? Que s’est-il dit ? Avec quelles conséquences ? Décrivez seulement les faits en adoptant un regard neutre d’observateur ;

Deuxième stratégie :

Relativiser pour désamorcer l’impact. Demandez-vous : quelle importance aura cet incident dans une semaine, un mois ou encore un an ? Sinon dites- vous que « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ! »

Troisième stratégie :

Remettre les choses à leur place. Faites la liste de ce qui va bien dans votre vie. Efforcez- vous de considérer l’enjeu de la situation à partir du regard ou des intérêts de votre interlocuteur. Puis recréez visuellement la scène en repérant le côté positif ou instructif de la situation.

vieboncoté3

 

Cultivez l’optimiste est une autre solution, mais sans tomber dans la naïveté. L’optimiste tend d’abord à voir le bon côté des choses. Un optimiste ne nie pas les côtés sombres d l’existence : il a juste confiance en s capacité d’action pour faire bouger les choses, du moins pour influencer le cours des évènements.

Même s’il a conscience que tout n’est pas rose en ce monde, il sait tout aussi consciemment qu’on aurait tort de négliger « ce qui va bien » au profit de ce qui va mal. Il comprend que s’attarder sur ce qui est négatif est stérile. Si l’optimiste semble se défendre des pessimistes entêtés et convaincus qye tout va mal, c’est souvent marquer son territoire.

Les idées noires des pessimistes possèdent une certaine force d’inertie et de fatalisme qui peut décourager toute volonté positive créative. Le pouvoir de l’optimiste tient justement à sa volonté de tabler sur les aspects positifs de la réalité pour faire avancer les choses.

Car l’optimiste ne se laisse pas si facilement décourager par des propos alarmants. Grâce à son esprit positif, il est capable de percevoir le on côté du mauvais.

Il sait triompher de l’inquiétude car il trouve toujours des solutions. Pour l’optimiste, quand une porte se ferme, une fenêtre peut s’ouvrir.

A retenir :

  • Fermer la porte aux pensées négatives
  • Prenez du recul
  • Travaillez votre esprit positif

 

Aujourd’hui avec les annonces de Premier Ministre nous devons cultiver cet art de la pensée positive mais aussi adoptée la slow attitude, par la force de choses qui nous oblige à ralentir.

 

La Slow attitude

vieboncoté4

 

La slow attitude nous amène à nous déconnecter de nos rythmes naturels, la slow attitude remet à l’heure les pendules, et surtout notre horloge biologique.

La slow attitude, c’est à chaque instant de notre vie, ralentir quand c’est nécessaire, aborder avec calme nos tâches, s’engager dans notre travail tout aussi efficacement mais sans frénésie superflue. Cela passe par une motricité au rythme lent, en pleine conscience.

Pourquoi l’utiliser ?

Objectif

vieboncoté5

Ralentir à certains moments de notre activité professionnelle, c’est injecter plus de calme en nous. Ainsi, nous recouvrons notre sang-froid pour régler une situation conflictuelle, nous prenons du recul pour mieux décider, nous gagnons en efficacité et en rapidité dans nos différentes tâches.

Les situations émotionnelles fortes, ou les situations à conflit potentiel sont plus susceptibles de gagner en efficacité par la slow attitude. Par exemple : une négociation commerciale à fort enjeu, la révision à la baisse d’un budget, la pression sur les délais d’un projet, un entretien avec un collaborateur, des discussions où chacun à ses convictions bien arrêtées…

Comment l’utiliser ?

Étapes

vieboncoté6

1. Prêtons attention à notre état interne, en particulier si nous nous sentons tiraillés, même un peu, et si nous sentons au creux de notre poitrine cet énervement qui nous presse d’aller plus vite, ce sentiment qui nous souffle qu’on n’y arrivera pas mais qu’il nous faut malgré tout continuer.

 

2.Ralentissons, posons-nous calmement, recentrons-nous sur nos sensations, prêtons attention à nos gestes et à nos mouvements, plus qu’à nos émotions et à nos pensées qui ne font qu’accentuer la pression. Continuons notre travail en ralentissant nos gestes et mouvements, en éliminant les actions trop rapides. Cessons de faire deux choses à la fois, prenons le temps de relire ce que nous écrivons. Si nous sommes en discussion, ralentissons le rythme de nos paroles, plaçons quelques silences, écoutons vraiment les autres.

 

3.Lorsque nous prenons une pause, faisons en sorte que ce soit une vraie pause il n’y a rien de plus contre-productif qu’une pause prise à la va-vite. Par exemple, servons-nous un verre d’eau et prenons le temps de le boire sans rien faire d’autre en parallèle. Puis retournons tranquillement à nos activités.

 

4.Observons les apports de la slow attitude pour nous : que remarquons-nous quand nous essayons ? Quels bénéfices en tirons-nous ? Dans quelles autres situations pourrions-nous la pratiquer ? Quel type de mouvement pouvons-nous ralentir plus souvent ?

 

Cette attitude nous fait ralentir nos gestes et nos mouvements au profit de l’activité de notre mental.

Nous gagnons en calme, en prise de recul, nous conservons notre sang-froid lors de situations difficiles, nous prenons nos décisions en toute conscience et sans précipitation, nous revenons au moment présent.

vieboncoté7

Quelques gestes pour ralentir et adopter la slow attitude 

 vieboncoté8

  • Je me débranche
  • Je me concentre sur une tâche à la fois
  • Je laisse à mes enfants du temps pour jouer
  • Je favorise l’échange et la collaboration
  • J’investis une partie de mon avoir dans l’épargne citoyenne locale
  • Je fais mon pain
  • Je m’autorise à ne rien faire
  • Je m’autorise à ne pas penser à demain
  • Je « 10-10 » avec ma ou mon partenaire
  • Je raconte des histoires à mes enfants